Prévention de la radicalisation et des extrémismes violents

En 2015 au moment où nous débutions notre action dans la prise en charge des publics dits radicalisés, la terminologie que nous avions adoptée pour appréhender le phénomène « radicalisation », était issue de notre volonté de complexifier et d’élargir notre approche du phénomène à toutes les formes d’extrémismes et de projets politiques violents afin de nous situer en amont de l’engagement effectif dans la violence extrême et du passage à l’acte.

Nous avons également fait le choix de ne pas nous focaliser exclusivement sur l’offre violente afin de ne surtout pas occulter les enjeux d’une demande de « radicalité » à laquelle les groupes extrémistes ont su répondre de manière ciblée.

Notre immersion dans le phénomène de la radicalisation violente, nous a placés face à certaines situations qui présentaient un stade embryonnaire du processus menant à la violence extrême et d’autres pour lesquelles le stade de développement était plus avancé.

Il ressort de cette expérience que la radicalisation doit être pensée dans une perspective de prévention, pour une action dont certains principes directeurs pourraient se traduire ainsi :

  • Les publics « radicalisés » ne sont pas une catégorie à part mais le haut de l’iceberg d’un processus observable bien en amont : stades de développement du plus embryonnaire au plus abouti
  • Importance des dimensions de vulnérabilités sociales, familiales, psychiques très présentes dans les trajectoires individuelles et familiales
  • L’importance des questions de territoire : la mutation des territoires et l’idée même d’existence est interrogée, pour les plus fragiles
  • Des facteurs de protection qui ont manqué, qui n’ont pas été mobilisés
  • Mutations des sociétés et délitement des groupes d’appartenances
  • La prise en charge institutionnelle par le système de protection : un facteur de vulnérabilité dans certaines trajectoires
  • L’importance de considérer l’intériorité (construction psychique) et notamment le processus adolescent, en lien avec le contexte familial, social et historique

Prévention de la radicalisation et des extrémismes violents

Accompagnement des acteurs de terrain

Elaborés à partir de notre approche du phénomène radicalisation violente de type djihadiste, nos axes d’intervention sont les suivants :

  • Appréhender chaque phénomène comme un processus en considérant d’abord « le terreau » qui lui donne naissance
  • Repérer les facteurs de fragilisations nichés dans les trajectoires individuelles et qui orientent chacun dans une direction ou une autre. En effet, tous les adolescents et jeunes adultes ne basculent pas vers l’extrémisme violent et/ou la « radicalisation » idéologique. C’est ce qui conforte notre exigence d’une prise en compte de la singularité du sujet (dont la spécificité du processus adolescent)
  • Quitter les postures habituelles de « sachant » des professionnels, pour se placer, en position d’« inversion d’expertise », dans une posture de non savoir. Cela se traduit par le fait de considérer le savoir chez le sujet concerné et d’accepter l’idée d’apprendre sur « le phénomène », à partir du vécu expérientiel de l’autre
  • Produire du savoir sur des processus complexes, articulé à la préoccupation d’agir « ici et maintenant », dans l’accompagnement de jeunes en danger pouvant devenir dangereux, le « vacarme » qu’ils produisent et qui les détruit étant, à priori, inaudible
  • Interroger les systèmes institutionnels dans leur double dimension : supports de projection des violences et acteurs dans les modes de production de ces mêmes violences dans leur forme réactionnelle
  • Interroger le « mode de consommation du religieux » chez les publics radicalisés ou en risques de radicalisation en général et chez les adolescents en particulier

Formations

Si l’on considère que la demande de radicalité arrive après plusieurs demandes d’aide : qu’en est-il de notre capacité à entendre ? Penser la question de la radicalisation implique nécessairement de repenser nos pratiques et postures professionnelles. Pour se faire : sortir de sa zone de confort et « se faire violence » pour aller à la rencontre de chacune des situations rencontrées, se départir de nos représentations (présupposés) pour une éthique de la rencontre avec l’altérité de soi et de l’autre.

Nos formations s’adressent aux intervenants de première ligne, aux responsables institutionnels, aux élus, ainsi qu’aux responsables associatifs. Elles ont pour objectifs de :

  • Comprendre le phénomène « radicalisation » dans une approche plurielle et complexifiée,
  • Reconnaître et accompagner les publics présentant des facteurs de vulnérabilités et perméables aux discours extrémistes,
  • Identifier les facteurs de protection et leviers thérapeutiques et sociaux, dans un paysage institutionnel complexe,
  • Comprendre et accompagner le processus de radicalisation violente.

Schéma Comprendre et accompagner le processus de radicalisation violente

Stages Citoyenneté et Valeurs de la République

Pour des faits en lien avec une pensée radicale

  • À destination d’un public sous main de justice dans le cadre d’une alternative aux poursuites pour des faits en lien avec une pensée radicale (apologie, xénophobie, …)
  • À destination des établissements scolaires souhaitant traiter certaines situations par le prisme des principes républicains

Dans ce type de stage, les intervenants sont soigneusement choisis. Ils sont enseignant, juriste, psychologue, éducateur spécialisé ou formateur en droits humains. Nos modes d’animation privilégient une participation active des stagiaires.

Les objectifs de ces stages sont les suivants :

  • Favoriser une sensibilisation et une appropriation des principes de la république
  • Permettre un échange construit sur les principes fondamentaux et les libertés individuelles
  • Prendre conscience des conséquences pour soi et les autres citoyens d’une atteinte à ces principes

Références

SUPERVISIONS / FORMATIONS

  • Supervision des équipes éducatives et psychologues de plusieurs services milieu ouvert et hébergement de la Fondation Jeunesse Feu vert – Depuis janvier 2019
  • Formation des professionnels du Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine – septembre 2019, janvier 2020, juillet 2021
  • Formation des travailleurs sociaux, criminologues et psychologues du CAPREV – Bruxelles – novembre 2019
  • Formation des élèves du DU Radicalisation CNAM Paris – novembre 2019
  • Formation des travailleurs sociaux et psychologues du Département de Normandie « l’expression du fait religieux dans la relation d’accompagnement » – Caen – juin 2019
  • Formation des traducteurs de l’Administration Pénitentiaire Paris – mai 2019
  • Formation des leaders communautaires religieux (France, Tunisie, Maroc, Belgique et USA) – Fondation Jimmy Carter à Genève – janvier 2019
  • Intervention séminaire de formation des cadres du renseignement sur le phénomène de la radicalisation et le mode de consommation de l’islam par les personnes radicalisées – IHEDN Paris – janvier 2019
  • Formation des coordinateurs des CLSPDR et membres de la police municipale sur les thèmes de la radicalisation et du mode de consommation de l’islam par les jeunes radicalisés – Préfecture du Val de Marne – décembre 2018
  • Formation des travailleurs sociaux dans le champ de la psychiatrie sur les thèmes de la radicalisation et du mode de consommation de l’islam par les personnes radicalisées – Hôpital Paul Guiraud Val-de-Marne – septembre/octobre 2018
  • Formation des Aumôniers et imams : prise en charge des personnes radicalisées : la religion comme levier thérapeutique – EHESS Paris – février 2018
  • Formation des acteurs de terrain : prévention spécialisée, médiateurs, coordinateurs CLSPDR, PJJ, SPIP, missions locales, animateurs jeunesse des communes de Saint-Denis et Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) sur les thèmes de la radicalisation et du mode de consommation de l’islam par les jeunes radicalisés. 12 jours de formation – avril, mai, septembre et novembre 2018
  • Formation des membres de la CPRAF Seine-Saint-Denis sur le nom et le changement du nom en islam : ressorts religieux, historiques et psychique de la pratique de la kunya – Préfecture de Seine-Saint-Denis mai 2018
  • Intervention en face à face pédagogique sur le module prévention de la radicalisation et mode de consommation de l’islam dans le cadre des sessions de formation sur la radicalisation au PTF de Pantin de mai 2016 à Juillet 2017
  • Intervention en face à face pédagogique auprès des travailleurs sociaux et psychologues du Département de l’Orne – mai et septembre 2017
  • Formation des éducateurs et cadres de la PJJ du Département de l’Oise – novembre 2017
  • Formation des membres de la CPRAF du Val-de-Marne sur la prise en charge clinique des personnes radicalisées – septembre et octobre 2017
  • Formation la prévention de la radicalisation – juges des enfants promotion 2013 – ENM Bordeaux – juillet 2016

    COMMUNICATIONS

    • « Violence politique et jeunesse, prise en charge des jeunes radicalisés » dans le cadre du colloque « Décoder les violences politiques, prévenir les engagements violents » – Réseau de prise en charge des extrémismes et des radicalisations violents – Fédération Wallonie-Bruxelles – Liège – novembre 2019
    • « Prévention de la radicalisation, Retour d’expérience de la Seine-Saint-Denis » dans le cadre du colloque « Prévention de l’extrémisme violent »  – Association PACT – Bourges – octobre 2019
    • « Prise en charge des enfants de retour de zone, défis et enjeux » dans le cadre du colloque « Prévention de la radicalisation : bilan et enjeux sur les territoires » – CNFPT INSET Angers – septembre 2019
    • « La fameuse radicalisation » dans le cadre du séminaire d’études de l’Hôpital Cochin – mars 2019
    • « Une certaine approche de la radicalisation : retours d’expérience de la Seine-Saint-Denis » Etats généraux psy de la radicalisation – novembre 2018
    • « Radicalisation : analyse du phénomène aux déterminants multiples » dans le cadre d’un cycle de conférences –  Mairie du 19ème – juin 2018
    • « Le phénomène de la radicalisation de type djihadiste : comprendre et prévenir le phénomène en contexte français » Congrès de l’école de médecine – Belo Horizonte – Brésil – août 2017
    • « La prévention au défi des dérives de radicalisation » dans le cadre de la journée organisée par le Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis – 23 septembre 2016
    • « L’Etat et la société civile face à une menace hybride : djihadisme et radicalisation décrypter pour agir » – IHEDN – 8 février 2016
    • « Mineurs, laïcité, Radicalisation : des apports théoriques aux expérimentations d’aujourd’hui » dans le cadre du séminaire de la DIRPJJ d’Aix-en-Provence –avril 2016
    • « Le rôle du passé dans le processus de radicalisation » dans le cadre du colloque organisé par la Préfecture de Police de Paris – mai 2016
    • « Les libertés en question » dans le cadre de la journée d’études Ville de Montreuil – mai 2015