De façon universelle, les lieux de socialisations que représentent les espaces d’apprentissage des enfants, sont pour eux des scènes de re-jeux/je des douleurs intimes et/ou intrafamiliales. Ils y donnent à voir ce qui, par ailleurs, ne trouve pas d’espace pour s’exprimer ou être entendu. Ils agissent l’indicible à l’école et c’est face à la surdité des adultes, que surgit ce que nous nommons le « Vacarme », explosion de faisceaux alarmant les adultes. Alors, il n’est plus possible de ne pas entendre.

Parmi les jeunes signalés « radicalisés » que nous avons accompagnés, les lycéens sont surreprésentés. Nous pouvons constater un risque majoré par le passage entre collège et lycée pour les jeunes dont les trajectoires de vie présentent une certaine vulnérabilité.

Dans une approche préventive, visant l’individuel et le collectif, nous proposons une intervention au sein des établissements scolaires, afin de mieux comprendre et transformer les passages à l’acte.

Nos interventions se déploient en direction de :

« La vie est une œuvre d’art et nous en sommes tous les artistes »

L’institution scolaire

  • L’école à restaurer comme lieu d’accomplissement et de dépôt de la parole des jeunes
  • L’école à penser comme lieu de conflictualisation : là où la parole ne s’autorise pas, la violence s’impose.
  • L’école à réinventer comme lieu de « co-parentalité »
  • L’école à réaffirmer comme lieu d’inclusion, et non pas d’exclusion
  • Inscrire le jeune dans une légitimité face à l’apprentissage

La communauté éducative

  • Se questionner dans le lien à l’élève
  • Se questionner dans le lien aux autres intervenants
  • Penser l’élève en considérant ses réalités sociales et psychiques
  • Penser l’élève dans ses affiliations multiples
  • Penser l’élève dans un contexte global actuel et passé (Histoire)

En direction des adolescents/élèves

  • S’autoriser à la parole dans le rapport à l’école et à la société
  • S’inscrire dans une légitimité face à l’apprentissage
  • Exister dans son contexte social et politique
  • S’autoriser à être soi dans ses affiliations multiples
  • Se penser dans le contexte global actuel et passé (Histoire)
L’école est un espace spécifique, porteur d’éléments symboliques et structurant l’identité des jeunes publics qui le fréquentent. S’y joue la force des rapports sociaux entre pairs, mais aussi entre jeunes et adultes. Les vulnérabilités s’y expriment sous différentes formes : sonores, silencieuses, agies, etc.

À l’écoute de tous ces discours verbaux et infra-verbaux, nous favorisons l’identification des fragilités individuelles des adolescents et intervenons, au cas par cas, pour prévenir et enrayer tout risque d’égarement dans une néo-réalité psychique et/ou sociale.

La re-scolarisation comme axe de prise en charge socio-thérapeutique

Intervenir concrètement en faveur d’une rescolarisation individualisée, dans un contexte ruptures.

Objectifs :

  • Lutter contre l’errance psychique et sociale
  • Réfréner les velléités de départ, dans un ailleurs idéalisé
  • Amorcer un arrimage à la parole et au lien

Que la jeune personne soit soumise à l’obligation scolaire ou qu’elle ait interrompu son cursus scolaire, nous travaillons à son arrimage. En lien avec les autorités de l’Education Nationale, nous développons un « raccrochage » scolaire individualisé, symbolisant la réinscription des jeunes dans le tissu social et dans les apprentissages. Nous envisageons le retour à l’école comme un levier socio thérapeutique.

Nos modalités d’interventions individuelles et collectives

  • Mise en place d’une analyse des pratiques professionnelles en direction des intervenants de l’école (enseignants, assistants d’éducation, CPE, assistante sociale, psychologue scolaire), afin d’interroger et agir sur les pratiques institutionnelles. Cet espace articule une approche psychologique et sociologique.
  • Mise en place de formation à destination des intervenants de l’école, notamment les assistants d’éducation. Leur place particulière favorise une posture et une écoute moins institutionnalisées.
  • Mise en place d’espaces d’élaboration associant philosophie, sociologie et psychologie, à destination des élèves. La rencontre directe avec les élèves permettra la construction d’une parole collective.
  • Soutien des élèves dont les problématiques individuelles nécessitent un étayage singulier : accompagnement social, familial, thérapie individuelle.